Edouard MANET (1832-1883)

Lot 97
Aller au lot
Estimation :
220000 - 280000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 420 000EUR
Edouard MANET (1832-1883)
Le Chien «Minnay», 1879.
Huile sur toile.
Signée en bas à droite.
32,8 x 24,8 cm.
Provenance :
- Donné par Manet à Melle Marguerite Gauthier-Lathuille
- Par descendance au propriétaire actuel.
Bibliographie :
- M. L. Bataille, «Manet beim Père Lathuille», Kunst und Künstler, février 1930, pp.188 (ill.), 204, 206.
- P. Jamot et G. Wildenstein, Manet, catalogue critique, Paris, Les Beaux-Arts, 1932, n°327.
- D. Rouart et S. Orienti, Tout l'oeuvre peint d'Edouard Manet, Paris, 1970, n°272.
- A. Tabarant, 1947, Manet et ses oeuvres, Paris, Gallimard, p.354, n°318.
- Denis Rouart et Daniel Wildenstein, Catalogue Raisonné d'Edouard Manet, Edition Bibliothèque des Arts, Paris, 1975, volume I, p.232, reproduit sous le n°293, p.233.
- Greg Allen, Manet paints dog, https://greg.org/archive/2020/07/24/manet-paints-dog.html
On y joint :
Un ensemble de documents appartenant à la famille Gauthier-Lathuille/Joliot, transmis en même temps que le tableau dans la descendance, portant sur diverses négociations commerciales relatives aux différents tableaux de Manet ayant appartenu à la famille :
- Reproduction d'une facture timbrée de la vente d'une marine émise par Edouard Manet à l'attention de M. Gauthier-Lathuille, datée du 29 juillet 1881.
- Deux lettres de la Galerie Paul Rosenberg proposant à Mme Joliot de vendre son tableau de 1927, l'une annotée au crayon «offre 125 000 frs».
- Une copie à l'encre datée 1927 de la réponse de Mme Joliot indiquant qu'elle «ne veut faire de prix» mais annoté «en juillet 26 offre 2000 dollars» et au crayon «... a offert 190.000».
- Lettre manuscrite de 1929 de Mlle Bataille adressée à Mme Gauthier-Lathuille sur les conseils de M. Rosenberg lui demandant de voir les oeuvres et les documents de Manet en vue d'un travail portant sur Manet.
- Une facture manuscrite datée du 28 mars 1929 pour la vente à la Galerie Brame d'un tableau de Manet 350 000 F [Oloron -Sainte-Marie, aujourd'hui dans la collection Bührle-Zürich].
- Huit courriers de 1966 à 1974 de la Galerie Schmit à Paris adressés aux propriétaires de «Minnay», les sollicitant de prêter ou de vendre leur tableau.
RAPPORT DE CONDITION SUR DEMANDE Le Chien Minnay
Exécuté en 1879 et conservé jusqu'à ce jour dans la descendance de sa propriétaire Marguerite Gauthier-Lathuille, le portrait de Minnay n'a jamais été exposé.
Son existence est pourtant bien attestée. Une lettre de l'historienne M. L. Bataille, datée de 1929, demande à examiner le ou les tableaux de Manet de la famille Gauthier-Lathuille ainsi que les documents s'y rattachant. Elle recueille alors le témoignage de Marguerite et la reproduction de ce tableau pour la publication en 1930 de son article «Manet beim Père Lathuille», dans Kunst und Künstler. Le portrait de Minnay est ensuite présent dans différents ouvrages jusqu'au catalogue raisonné de l'oeuvre peint d'Edouard Manet par Wildenstein et Rouart (WR n°293) illustré par une ancienne reproduction en noir et blanc.
A plusieurs reprises Minnay suscite la convoitise de grands acteurs du monde de l'art comme les diverses correspondances annexées le révèlent.[1]
Il est comptabilisé seulement huit portraits de petits chiens entre 1875 et 1883, objets de commande ou cadeaux de l'artiste à des personnalités tant masculines que féminines de son entourage, souvent des intimes. Deux sont conservés à la National Gallery de Washington, un à la Fondation Paul Getty, Los Angeles.
On sait que Manet peignait très vite, les témoins assurent que Minnay fut enlevé en une vingtaine de minutes. L'artiste saisit à la fois l'instant et le mouvement. La brosse brillante et rapide, le modelé esquissé des formes sont des caractéristiques de son art et l'un de ses apports à la peinture moderne.
Edouard Manet et la famille Gautier-Lathuille
Le cabaret puis restaurant de renom «Le Père Lathuille» sis au 7 avenue de Clichy en bordure du village de Batignolles, avait été fondé par un aïeul de Marguerite à la fin du XVIIIème siècle. Sa situation est idéale pour la fréquentation des artistes. Le plus couru, le Café Guerbois, est voisin au numéro 9 de l'avenue et jouxte la boutique du marchand de couleurs et de matériel pour artistes Hennequin, fournisseur de Manet. Son ultime atelier, après 1878 est situé non loin, 77 rue d'Amsterdam. S'y retrouvent bon nombre d'artistes en rupture avec l'académisme, tous proches ou amis intimes de Manet (Renoir, Monet, Sisley, Guillemet, Fantin-Latour, Bazille...) mais aussi personnalités, écrivains, musiciens et poètes (Mallarmé, Zola, Antonin Proust, Nadar, Saint-Saëns, Chabrier...).
Les rapports de Manet furent étroits avec la famille Gauthier-Lathuille, puisque le peintre réalise dans la même année 1879, pas moins de quatre oeuvres en relation : les enfants de l'aubergiste, Louis au pastel (WR, vol.II, n°12, collection particulière) et Marguerite sur toile, son chien Minnay, et enfin le célèbre et
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue