BOISROBERT François Le Métel de (1592-1662) poète, abbé et aumônier du Roi; favori de Richelieu, il lui suggéra l'idée de l'Académie Française qu'il organisa et dont il fut membre fondateur [AF 1634, 6e f].

Lot 509
Aller au lot
1 500 - 2 000 EUR

BOISROBERT François Le Métel de (1592-1662) poète, abbé et aumônier du Roi; favori de Richelieu, il lui suggéra l'idée de l'Académie Française qu'il organisa et dont il fut membre fondateur [AF 1634, 6e f].


POÈME autographe, A Monseigneur le Cardinal sur la mort d'Alfonce Mancini son neveu. Sonnet, [1658]; 1 page in-fol.
Sonnet du fondateur de l'Académie Française, dédié au cardinal
MAZARIN.
[En janvier 1658, à l'âge de quatorze ans, Alphonse MANCINI, le neveu de Mazarin, tombait sur la tête en jouant avec ses camarades du Collège des Jésuites, et en mourait. Mazarin fut très a.ecté de la perte de ce neveu, en qui il avait fondé de grandes espérances.
Boisrobert, alors en disgrâce, envoya ce sonnet consolateur qui toucha le cardinal, et qui provoqua sa rentrée en grâce solennelle et sa réception à la Cour par la Reine. Ce sonnet a été recueilli dans l'édition de 1659 des Epistres en vers et autres oeuvres poétiques de Boisrobert.] «Alfonce eut, je ladvoue un sort trop rigoureux
Desja la Cour charmée admiroit son enfance, Et l'on void disparoistre au point de sa naissance
Cet Astre dont le monde alloit estre amoureux.
Il estoit né brillant, liberal, genereux, Mais comme cette vie est la mesme inconstance
Il eust peutestre un jour trompé vostre esperance
Prince, et dans linnocence il est mort bienheureux [...]
Prince, non sans miracle, auroit il comme vous
Sur soy mesme, en tout temps, remporté la victoire ?»
L'Académie française au fil des lettres, p. 56-59.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue