BARDIN Pierre (1590-1635) moraliste, philosophe et mathématicien, membre fondateur, et premier «immortel» à mourir, noyé en portant secours à un élève [AF 1634, 29e f].

Lot 490
Aller au lot
2 000 - 3 000 EUR

BARDIN Pierre (1590-1635) moraliste, philosophe et mathématicien, membre fondateur, et premier «immortel» à mourir, noyé en portant secours à un élève [AF 1634, 29e f].


L.A.S. «Bardin», Azay le Ferron en Touraine, 12 septembre 1634, [au libraire Jean CAMUSAT ?]; 2 pages in-fol.
Rarissime lettre au sujet de son oeuvre principale Le Lycée.
C'est Jean Camusat qui a publié Le Lycée du Sieur Bardin, où en plusieurs promenades il est traitté des connoissances, des actions, & des plaisirs d'un honneste-homme (2 vol., 1632-1634).
Bien qu'il ait attribué à l'amitié de feu M. de SAINT-SURIN, que son correspondant ait accepté «de bon coeur la premiere partie de mon Lycee», il ne craint point de lui en envoyer la seconde: «Une bonne partie mesme de ce que j'escris de ce livre vous est deüe; car pour m'avoir asseuré par les lettres dont vous m'honorastes que vous trouviez assez de clairté la ou il parloit des sciences, je me suis senty obligé d'y vouloir conserver des matieres plus frequentes que je n'avois fait auparavant. J'ay cru par vostre sentiment que cela ne deplairoit point aux habiles gens: outre que je me persuade que quiconque aura fait fonds des connoissances qu'en ma premiere partie j'ay juge necessaires a un honneste homme ne manquera point d'autant de lumieres qu'il luy en faut pour voir clair aux endroits les plus obscurs de ces secondes Promenades. Quoy qu'il en soit, n'ayant pas accoustumé de nombrer mais seulement de peser les jugements, je ne me mets points du soin de l'opinion qu'en aura la plus grande partie; et je me sentiray satisfait au-delà de mes pretensions si vous approuvez cet ouvrage, ou du moins si l'o.re que je vous en fais peut passer dans votre esprit pour une preuve de l'extreme passion que j'ay d'estre cru de vous [...] Vostre tres humble & tres obeissant serviteur»...
Seule lettre connue, citée par Raoul Bonnet qui n'a pu en reproduire la signature (vendue par Eugène Charavay le 14 avril 1886).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue