Russie Impériale, première moitié du XIXème siècle

Lot 57
Aller au lot
Estimation :
32000 - 35000 EUR
Russie Impériale, première moitié du XIXème siècle

Ordre de Saint-Alexandre Nevski.


Rare bijou de chevalier «avec diamants».


La croix en or jaune (585 millièmes, 56 zolotniki) émaillé rouge translucide sur fond guilloché, les bras anglés d'aigles bicéphales en argent entièrement serti de pierres du Rhin facettées, sommés d'une couronne impériale, les ailes éployées recouvrant largement les branches, chacun tenant dans ses serres une torche, une couronne de Laurier et un phylactère, le revers lisse est gravé de signes de montage.


Le médaillon central présentant :


- sur l'avers, dans un encadrement en argent serti de douze grosses pierres du Rhin, une peinture à l'émail figurant le prince Alexandre Nevski sur un cheval blanc devant la cathédrale Sainte-Sophie de Novgorod, en armure et manteau royal, couronné de laurier par une main céleste ;


- sur le revers, le monogramme couronné « SA » en lettres latines, sur fond d'émail blanc. Longue bélière en argent serti de pierres du Rhin, le passant du revers en or.


Poinçon de fournisseur officiel à l'Aigle impériale aux ailes éployées dans un large ovale sous l'émail de la branche supérieure à l'avers.


Poinçon «IP» d'Emmanuel PANNASCH (1773-1836) sous l'émail de la branche inférieure à l'avers. Deux poinçons sur l'anneau, l'un partiellement lisible, mais vraisemblablement celui de SAINT- PETERBOURG pour l'année 1835, l'autre d'un essayeur illisible.


Cousue à une cravate de ruban rouge, postérieure.


Croix : H. : 52 mm - Larg. : 46,5 mm - Bélière : H. : 32 mm. Poids brut (avec cravate) : 40,1 g.


Russie, Saint-Pétersbourg, deuxième quart du XIXe siècle.


Quelques défauts et infimes égrenures aux émaux ; égrisures et quelques éclats aux pierres, quelques-unes manquantes sur les aigles ; accident et manque au passant de la bélière.


Provenance :


Descendance d'une famille d'officiers russes arrivée en France après 1921.


Initié par Pierre le Grand, qui voulait créer un ordre de mérite strictement militaire, inspiré de l'ordre de Saint-Louis institué par Louis XIV en 1693, l'ordre de Saint-Alexandre Nevski fut officiellement fondé après sa mort par son épouse l'impératrice Catherine 1re le 21 mai 1725.


Finalement ouvert aux civils, ce nouvel ordre de chevalerie à classe unique, deuxième dans la hiérarchie des ordres de la Russie impériale, jouira jusqu'en 1917 d'un très grand prestige.


Il pouvait être attribué avec deux distinctions spéciales : les diamants pour mérite exceptionnel puis, après 1855, les épées pour mérite militaire. Toujours remis sur décision personnelle de l'empereur, les diamants constituaient une marque de son estime particulière, mais également une récompense en numéraire. Les titulaires pouvaient en effet disposer des diamants ornant le bijou et la plaque à condition de les faire remplacer par des pierres du Rhin ou de l'argent ciselé en pointes de diamant, ce afin de pouvoir continuer à arborer la marque de cet honneur impérial.


Initialement construit sur le corps d'une croix de l'ordre de Sainte-Anne comme l'attestent les gorges latérales à la base des branches, ce bijou présente certains indices (absence de rivets centraux et inversion du bâti de la croix dont les poinçons sont visibles à l'avers) qui laissent supposer qu'il a été anciennement démonté pour en remplacer les diamants par des pierres du Rhin.


Emmanuel George von PANNASCH, né en Saxe en 1773, devint maître-émailleur et fabricant de tabatières en 1809 à Saint-Pétersbourg. Membre de la guilde des étrangers, il se spécialisa dans la fabrication d'ordres et fût nommé fournisseur du Chapitre des Ordres impériaux en 1821. Il le demeura jusqu'à sa mort en 1836.


Expert : PALTHEY Jean-Christophe

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue