Auguste RODIN (1840-1917)

Lot 42
Aller au lot
Estimation :
8000 - 12000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 25 000EUR
Auguste RODIN (1840-1917)
Douleur de Psyché, vers 1900.
Femme nue assise au sol, penchée en avant, chevelure tombante.
Graphite sur papier vélin crème collé sur carton. H. 19 x L. 30,5 cm.
Signé au graphite en bas à droite : Aug. Rodin.
Diverses inscriptions manuscrites et tamponnées à l'encre sur le carton de support, tampon à l'encre violette effacée : Galerie
Bernheim Jeune & Cie, 15, rue Richepanse/1907.
(Petits manques de papier).
Provenance :
Henri-Charles-Étienne Dujardin-Beaumetz (1852-1913). Puis par descendance, aux propriétaires actuels.
Expositions :
- Galerie Bernheim Jeune 10-30 octobre 1907, [n°239 (hors catalogue) ? d'après le tampon au dos du carton de montage et du numéro inscrit].
- Kunstsalon Hugo Heller vers le 4 janvier à fin janvier 1908, n°43, sous le titre « Douleur de Psyché ».
- Kunstverein Leipzig, septembre-12 octobre 1908, n°90 [d'après des archives photographiques, Paris, musée Rodin].
Un avis d'inclusion de cette oeuvre au Catalogue raisonné des dessins d'Auguste Rodin, établi par Mme Christina BULEY-URIBE sera remis et facturé 1 200 à l'acquéreur, en sus du bordereau d'achat.
Douleur de Psyché fait partie d'une importante série d'une cinquantaine de dessins sur le thème de « l'histoire de Psyché », inspirée par la lecture des Métamorphoses d'Apulée.
C'est toujours le malheur ou la mélancolie de Psyché que Rodin illustre dans ces femmes nues, parfois offertes, et dont cette Douleur de
Psyché, à la longue chevelure est une puissante version.
Le dessins est datable du tout début des années 1900, comme par exemple d'autres dessins dans la même veine conservés au musée
Rodin : D. 1669, 2550 et 2214.
Rodin présenta Douleur de Psyché à l'occasion de plusieurs expositions entre 1907 et 1908 : à la galerie Bernheim Jeune à Paris (1907), au Kunsverein de Leipzig (1908), à la galerie Hugo Heller à Vienne (1908) et peut-être encore à la galerie Devambez à Paris (1908).
La provenance de Douleur de Psyché, dont on sait qu'il appartenait à Étienne Dujardin-Beaumetz (1852-1913), auteur d'Entretiens avec l'artiste, n'est pas anodine dans le contexte de ces expositions qui ont consacré définitivement la réputation de Rodin dessinateur.
Sous-secrétaire d'État aux beaux-arts de janvier 1905 à janvier 1912, Dujardin-Beaumetz rencontra Rodin à de nombreuses occasions au cours de sa carrière, en particulier pour la négociation du placement de ses monuments (le Penseur au Panthéon, le monument à
Victor Hugo dans les jardins du Palais-Royal ou encore L'Homme qui marche au Palais Farnèse). On sait qu'en octobre 1907, il visita l'exposition de plus de 300 dessins à la galerie Bernheim Jeune, où il put voir cette oeuvre parmi les autres dessins de Psyché entremêlés des toutes récentes aquarelles de danseuses cambodgiennes (1906). C'est là qu'il découvrit pour la première fois un versant de son oeuvre et qu'émargea l'idée de confier à Rodin le décor du futur musée du Luxembourg avec des fresques.
Cette fiche est extraite de l'avis d'inclusion de Christina Buley-Uribe.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue