COCTEAU JEAN

Lot 12
Aller au lot
15 000 - 20 000 EUR

COCTEAU JEAN

MANUSCRIT autographe, Le Cap de Bonne Espérance et Poésies, [1915-1917]; 9 albums in-fol. (31,5 x 23,2 cm) à couverture toilée beige, albums à dessin à feuillets détachables (à la marque Chapron Coquelin Sucr).
Important manuscrit complet d'une toute première version du poème Le Cap de Bonne Espérance, au superbe graphisme.
Dans ce long poème, rédigé pendant la Grande Guerre en hommage à son ami Roland GARROS, Cocteau a transposé poétiquement, avec une magnifique liberté formelle, l'expérience des vols aériens, avec d'intéressantes recherches pour traduire graphiquement (puis typographiquement, à la suite de Mallarmé) le mouvement et la vitesse dans l'espace vivant de la page. Cocteau a considéré Le Cap de Bonne Espérance comme son véritable premier livre, après avoir désavoué ses trois premiers recueils.
Les cahiers sont numérotés par Cocteau sur la couverture à l'encre verte de 1 à 8 et 8 bis. Sur le premier cahier, il a inscrit le titre en lettres capitales: VOCABULAIRE. POÉSIES, et sur le cahier 6: LE CAP DE BONNE ESPÉRANCE.
Le premier cahier est une sorte de mise en train du grand poème, à la recherche d'une inventivité dans la mise en page du texte poétique.
Le manuscrit des huit autres cahiers donne, selon Pierre Caizergues, «l'état le plus ancien du poème», découpé en chants, auxquels
Cocteau ajoutera une «Dédicace» et un «Préambule»: «les huit chants proprement dits s'y succèdent dans le même ordre que celui de l'édition originale. Ce manuscrit comporte de très nombreuses variantes [...]. Elles concernent le lexique ou la syntaxe du texte proprement dit, mais aussi la manière dont il occupe l'espace de la page: croisements de mots, dispositions géométriques diverses, jeux sur la simultanéité» (OEuvres poétiques complètes, Bibl. de la Pléiade, p. 1562).
Le cahier n° 1, d'une écriture analogue aux autres, à l'encre violette, contient six pièces contemporaines du Cap. On y trouve les versions primitives de trois poèmes repris dans Poésies (1917-1920) (Éditions de la Sirène, 1920), deux poèmes recueillis dans Embarcadères (Fata Morgana, 1986, d'après un autre manuscrit), et un poème sur
PICASSO qui semble inédit. À l'exception du premier poème sans titre, où les lignes sont disposées sur la largeur de la page, les autres poèmes sont précédés d'une page de titre et occupent la page dans la longueur, à l'italienne. * «Picasso ne demeure pas sur un jardin»... [publié sous le titre Rue Schoelcher dans Embarcadères] (2 p.).
* Marie Laurencin [publ. dans Poésies] (titre et 1 p.). * Le douanier
Rousseau [Portrait de Henri Rousseau dans Embarcadères] (titre et 1 p.). * Un biplan le matin [avec variantes dans Poésies] (titre et 2 p.).
* Une toile de Picasso: «la bouteille est au verso»... (semble inédit, titre et 3 p.). * L'ange de New York/Petite fille américaine [Store étoilé dans Poésies avec variantes] (titre et 12 p.).
Le manuscrit du Cap de Bonne Espérance est rédigé (à l'exception des pages liminaires avec les titres) sur toute la largeur de la double page du cahier ouvert, principalement à l'encre violette. Il présente des ratures et corrections, avec quelques collages de morceaux de toile autocollante blanche destinées à masquer des passages à supprimer.
* Cahier 2 (46 p. à l'encre violette, avec soulignures à l'encre verte).
1ère tentative d'Évasion, titre repris à la page suivante: Première tentative d'évasion. Le titre primitif a été soigneusement cancellé: «Chant [de l'ange de la révolte et des coïncidences biffé] du départ de l'explorateur»; la suite a donné lieu à divers tâtonnements: «où le poète se cogne s'exténue se détourne contre les parois de la terre les dimensions interdites», puis: «où le poète et Jacob se retrouvent seuls après la victoire sur l'Ange». Ne reste que cette phrase: «Je me détourne de la terre et retombe», reprise en épigraphe sur la page de titre qui suit. Cette épigraphe sera supprimée et remplacée dans le livre par le sous-titre: «Où le poète cherche à s'évader de la terre». *
Cahier 3 (35 p. à l'encre noire). Titre amplement calligraphié à l'encre verte: Les Géorgiques funèbres, avec l'épigraphe: «La victoire de la Marne n'est pas un miracle mais une affirmation, pas une surprise mais une preuve». Divers sous-titres: «Je retourne naturellement vers l'homme et vers la terre», «où le poète retourne à l'homme»... * Cahier 4 (20 p. à l'encre noire), avec le titre: Les bras du triste effort [Chant du paveur dans le livre], et le sous-titre: «Où malgré le spectacle de l'homme asservi à la terre je crois encore découvrir un moyen d'évasion». * Cahier 5 (18 p. à l'encre violette), avec le titre:
L'orgue, et le sous-titre: «J'écoute les avions et je pense à une autre machine qui enlève l'esprit», puis «où le poète pense à une autre machine de départ». * Le cahier 6 (24 p. à l'encre noire), utilisé têtebêche, contient, outre des essais et brouillons, deux chants: - Les Hangars, avec le commentaire: «Il se rappelle sa visite aux usines qui construisent les avions. Les usines évoquent le Far West - le F.
West que je ne connais que par le cinématographe. Où le poète se rappelle les hangars de la fuite». - Garros [Roland Garros dans le livre]. * Cahier 7 (45 p. à l'encre violette), avec le titre: L'invitation à la mort, puis «2e tentative d'évasion. Je vole avec Garros et retombe. Où le poète raconte la première fois qu'il a quitté la terre avec Garros». *
Cahier 8 (49 p. à l'encre violette), avec le titre la parabole de l'enfant prodigue, puis les sous-titres: «(traversée de la Méditerranée) Je raconte l'exploit de Garros et me résigne désormais à obéir aux ordres de la terre». Ce chant se continue et s'achève sur le cahier 8 bis; à la fin, sur un papier de carte-lettre, projets d'épigraphes (3) tirées d'Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche.
Provenance: Carole WEISWEILLER.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue