CUREAU DE LA CHAMBRE Marin (1594-1675) médecin, physicien et philosophe; membre fondateur de l'Académie française et de l'Académie des sciences en 1666 [AF 1634, 36e f].

Lot 560
Aller au lot
800 - 1 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 040 EUR

CUREAU DE LA CHAMBRE Marin (1594-1675) médecin, physicien et philosophe; membre fondateur de l'Académie française et de l'Académie des sciences en 1666 [AF 1634, 36e f].


L.A.S. «La Chambre», Libourne 16 août [1650], au Chancelier SÉGUIER à Rosny; 2 pages in-4, adresse.
Intéressante lettre sur la révolte de Bordeaux pendant la Fronde.
[Gaston d'Orléans, lieutenant-général du Royaume, a négocié la paix avec les Bordelais révoltés, mais les termes n'en conviennent pas à la Cour, qui a chargé M. du Coudray-Montpensier de négocier avec Frédéric-Maurice de La Tour, duc de Bouillon (1605-1651, frère aîné de Turenne), qui commandait dans Bordeaux. La paix fut finalement signée le 1er octobre.] «La Cour nest gueres contente des articles de la paix que Son Altesse [GASTON D'ORLÉANS] a faite avec les bordelois et croit que ce procédé diminue beaucoup de lauthorité de la Reyne et ruyne tout a fait son
Emce [MAZARIN]». On voudrait bien que M. de BOUILLON n'accepte pas les propositions transmises par M. du Coudray Montpensier, «et que les bordelois fussent contraintz davoir recours a la clemence de la Reyne sans intenssion de la fronde. On attend aujourdhuy ce quils auront fait a Bordeaux, et en cas quils recoivent la paix on sen retournera bientost a Paris, sans songer au voyage du Languedoc quon estoit sur le point dentreprendre. Mr le Mareschal de GRAMMONT arriva hier icy et fut fort bien receu, mais on na poinct eu de nouvelles de Mr de LA FORCE que lon scait avoir sollicite ceux de Montauban pour prendre le party de Mrs les princes»...
Provenance: anciennes collections A. BADIN; puis Edgar GOURIO DE REFUGE (23-24 décembre 1902, n° 24).
Les lettres de Marin Cureau sont très rares (R. Bonnet).
On joint une P.S., signée également par le Chancelier Séguier, émargement sur un rôle de dépenses pour son traitement comme médecin ordinaire du Roi en avril 1665 (vélin, 3 p. in-4); plus 2 P.S.
par son fils Pierre CUREAU DE LA CHAMBRE (1640-1693), [AF 1670, 36e f], quittances sur vélin, 1667 et 1691.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue