BUFFON Georges-Louis Leclerc, comte de (1707-1788) naturaliste et écrivain, directeur du Jardin du Roi [AF 1753, 1er f].

Lot 523
Aller au lot
1 500 - 2 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 4 550 EUR

BUFFON Georges-Louis Leclerc, comte de (1707-1788) naturaliste et écrivain, directeur du Jardin du Roi [AF 1753, 1er f].


L.A.S. «Bu.on», Montbard 10 février 1769, au Président Charles de BROSSES, baron de Montfalcon, à Dijon; 3 pages in-4, adresse avec cachet de cire rouge (l'adresse a été soigneusement bi.ée, ainsi que quelques mots dans le texte; petit manque par bris du cachet).
Sur ses aªaires et ses travaux, la maladie de sa chère femme, et la réception de CONDILLAC à l'Académie française.
Il prie le Président de soutenir sa «cause contre les Ursulines de Montbard, c'est à dire l'appellation qu'elles ont portée à la table de marbre au souverain de la sentence du Baillage de Semur qui admettoit ma complainte possessoire. J'espere que malgré touttes leurs chicanes cette sentence sera confirmée et je compte sur vos bontés et sur votre amitié pour faire valoir mes justes raisons [...] Comme cette a.aire me tient fort à coeur j'aurois ete moy meme pour la solliciter et j'aurois eté dedommagé de mes peines par le plaisir de vous voir; mais malheureusement je suis icy cloüé par l'etat toujours tres inquietant de ma femme que je ne puis abandonner d'un instant; elle a eté plusieurs fois à toutte extremité; aucun remede n'a pu la soulager, presque tous luy ont fait beaucoup de mal et ce n'est que depuis qu'on la forcée à y renoncer qu'elle semble etre un peu moins mal; mais elle sou.re toujours et reste dans un etat digne de compassion. Cela m'a empeché d'aller à Paris au mois de novembre comme je le comptois et quoique j'y aie des a.aires instantes je ne crois pas que je puisse m'y rendre qu'aprez paques». [La comtesse de Buffon va mourir un mois plus tard, le 9 mars 1769, à l'âge de trente-sept ans; malgré une di.érence d'âge d'une trentaine d'années, une grande tendresse unissait Bu.on et sa jeune femme.]
Puis il en vient à l'Académie française, qui vient de recevoir CONDILLAC (22 décembre 1768), et où il n'apprécie guère le Secrétaire perpétuel DUCLOS: «L'Academie françoise a eu quelques mortifications au sujet de son nouveau reçu l'abbé de Condillac dont le public a trouvé le discours aussi gauchement pensé que pitoiablement écrit; ce n'est pas ainsi que vous eussiez chanté s'ils vous avoient elu et je suis tres convaincu que ce choix auroit ete bien di.erement reçu du public. Mais le Capitaine Du Clos a crû devoir payer en cette monnoie la belle reception qu'on luy a faitte à la cour de Parme dans son voiage d'Italie».
Puis il parle de son travail à l'Histoire naturelle des oiseaux: «Ne pouvant m'occuper d'autre chose, depuis cinq mois que je suis ici dans l'a¾iction, je me suis amusé à caresser des oiseaux et je vais imprimer cette année le premier volume de cette histoire ornithologique ; ce sont de petits faits qui ne pretent gueres à la philosophie ni à l'éloquence mais qui pouront ne pas deplaire par la verié et les exactitudes qui j'ai taché d'y mettre».
Il termine en évoquant le «produit conjugal» du président de Brosses: «je vous desire un fils»...
L'Académie française au fil des lettres, p. 136-139.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue